FORMA Hauts-de-France

26/12/2018

Une entreprise de formation s’est installée dans un ancien bâtiment de Stora.

Elle avait envie de créer son entreprise. Depuis octobre, c’est chose faite : avec Forma Hauts-de-France, Virginie Kucharski s’impose dans le monde de la formation.

Dans quelques jours, Virginie Kucharski pourra lever le pied. Terminées les journées en continu, les nuits amputées par le travail. La chef d’entreprise va recruter en ce début d’année une assistante et un formateur à temps plein.

À trois, ils feront tourner Forma Hauts-de-France, l’entreprise de formation créée en octobre et installée rue de la Gare, sur une friche de Stora. « En embauchant, j’aurai droit à une aide dans le cadre de la dernière enveloppe de revitalisation du site », explique Virginie.

Commerciale depuis 1993, Virginie Kucharski a fait ses armes dans le domaine de la formation professionnelle en tant que salariée, avant de se lancer dans l’aventure de la création d’entreprise. Aidée par le service économique d’Osartis-Marquion, elle a déniché son local, d’anciens bureaux du papetier, qui auraient dû être abattus.

Centre d’examen

En plus de ce local en cours de réhabilitation, elle dispose de 500 m2 d’entrepôts et d’un terrain d’un hectare : l’idéal pour mener ses activités de perfectionnement métier et de formation à la carte pour les conducteurs de grue auxiliaire, d’engin de chantier, les caristes ou nacellistes.

Si ces formations ne sont pas qualifiantes, Forma, organisme certifié, est toutefois reconnu comme centre d’examen. « Soit on travaille en direct avec les entreprises, soit avec le PLIE, Pôle emploi ou la Mission locale », détaille Virginie Kucharski.

Dans la liste de ses activités figurent aussi les formations de sauveteur secouriste du travail, le document unique pour les entreprises ou encore la formation à l’écoconduite pour les commerciaux. Une variété suffisante pour résister aux géants du secteur ?

Petit mais réactif

« Notre force, c’est que nous sommes en immersion, sur un site qui héberge trois entreprises. On doit tout le temps faire attention à la sécurité car nous ne sommes pas dans un bâtiment aseptisé », défend Virginie pour qui la petite taille de Forma est aussi un atout : « Il n’y a pas 36 000 interlocuteurs, on est plus réactifs. Nous prenons le temps de faire l’analyse des besoins de nos clients », recrutés dans l’agroalimentaire, parmi les équipementiers auto...

Résultat : en seulement trois mois de fonctionnement, Forma s’est déjà forgé une clientèle. Et si Virginie Kucharski, prudente, veut avancer « étape par étape », elle évoque déjà la possibilité d’embaucher, d’ici 2020, un autre formateur. L’aventure commence sous les meilleurs auspices.

Consulter l'article sur LaVoixDuNord

actu-forma