Lauwin-Planque : Amazon veut continuer d’exploser les compteurs dans le Douaisis

26/12/2018

La colossale usine à colis arrive cette année à maturité industrielle après six ans de déploiement dans la région. Ronan Bolé, directeur de la logistique en France, envisage une croissance de l’activité et de l’emploi toujours soutenue dans les prochaines années. Le leader mondial du e-commerce n’en finit plus de renforcer ses positions…

Il fut le premier directeur du site, l’inaugurant le 16 septembre 2013. Invité mercredi par le prolifique Artois Business Club (ABC), Ronan Bolé exprime son ambition pour Douai à La Voix du Nord avant de prendre la parole devant plus de 300 décideurs locaux à Gayant Expo.

Pour lire la suite de l'article et de l'interview, cliquez-ici.

actu-amazon

 


La communauté d’agglomération du Douaisis devient Douaisis agglo

26/12/2018

Le 10 janvier dernier, un millier de personnes a assisté à la cérémonie de vœux de la communauté d’agglomération du Douaisis (CAD) à Gayant-expo. Elles ont été les premières à découvrir les nouveaux nom et logo de l’intercommunalité dévoilés par le président Poiret. Désormais, on parle de Douaisis agglo.

Après une demi-heure de discours, Christian Poiret s’est mué en chauffeur de salle. Faut dire que Gayant-expo, c’est l’endroit idéal pour tenter ce type d’expérience.

Le président de la communauté d’agglomération du Douaisis venait de finir son propos par un tonitruant « Vive la CAD ». Quelques secondes plus tard, dans les travées, au milieu du millier de personnes présentes, il s’est ravisé. « J’ai fait un plantage (…) Je vous ai dit pour la dernière fois « Vive la CAD ». »

Est alors apparu sur les écrans un petit film annonçant les nouveaux nom et logo de l’intercommunalité. Ne dites plus Communauté d’agglomération du Douaisis, mais Douaisis agglo. Invités à monter sur scène, les trente-cinq maires ont alors dévoilé le logo XXL sous les applaudissements et les crépitements des appareils photos.

Pour le citoyen lambda, ce changement de nom ne va rien changer du tout. Les statuts de l’agglomération ne seront pas modifiés, les compétences seront les mêmes. « Ce changement, c’est avant tout marketing, nous a confié, en aparté, le président Poiret. Pour les personnes qui n’habitent pas le Douaisis, le terme CAD ne veut rien dire, ça ne parle pas. Au moins, avec Douaisis agglo, on sait de qui on parle. C’est plus clair. » Pour ce qui est du changement de logo, là, c’est avant tout une question de visibilité. « Notre désormais ancien logo n’était pas visible. Il ne ressortait pas par rapport aux autres. » Alors, question couleur, on est parti sur une teinte… aubergine. Le beffroi de l’ancien logo a été conservé, mais le graphisme est plus moderne. « C’est le symbole de notre territoire. »

C’est le service communication de la communauté de communes qui a travaillé sur ce dossier. Près d’une année de réflexion a été nécessaire. Maintenant, après la présentation officielle de ce jeudi soir, ce nouveau logo sera apposé sur tous les documents officiels. La signalétique va également être modifiée. Le coût de ces changements n’a pas été chiffré.

Source : La Voix du Nord


FORMA Hauts-de-France

26/12/2018

Une entreprise de formation s’est installée dans un ancien bâtiment de Stora.

Elle avait envie de créer son entreprise. Depuis octobre, c’est chose faite : avec Forma Hauts-de-France, Virginie Kucharski s’impose dans le monde de la formation.

Dans quelques jours, Virginie Kucharski pourra lever le pied. Terminées les journées en continu, les nuits amputées par le travail. La chef d’entreprise va recruter en ce début d’année une assistante et un formateur à temps plein.

À trois, ils feront tourner Forma Hauts-de-France, l’entreprise de formation créée en octobre et installée rue de la Gare, sur une friche de Stora. « En embauchant, j’aurai droit à une aide dans le cadre de la dernière enveloppe de revitalisation du site », explique Virginie.

Commerciale depuis 1993, Virginie Kucharski a fait ses armes dans le domaine de la formation professionnelle en tant que salariée, avant de se lancer dans l’aventure de la création d’entreprise. Aidée par le service économique d’Osartis-Marquion, elle a déniché son local, d’anciens bureaux du papetier, qui auraient dû être abattus.

Centre d’examen

En plus de ce local en cours de réhabilitation, elle dispose de 500 m2 d’entrepôts et d’un terrain d’un hectare : l’idéal pour mener ses activités de perfectionnement métier et de formation à la carte pour les conducteurs de grue auxiliaire, d’engin de chantier, les caristes ou nacellistes.

Si ces formations ne sont pas qualifiantes, Forma, organisme certifié, est toutefois reconnu comme centre d’examen. « Soit on travaille en direct avec les entreprises, soit avec le PLIE, Pôle emploi ou la Mission locale », détaille Virginie Kucharski.

Dans la liste de ses activités figurent aussi les formations de sauveteur secouriste du travail, le document unique pour les entreprises ou encore la formation à l’écoconduite pour les commerciaux. Une variété suffisante pour résister aux géants du secteur ?

Petit mais réactif

« Notre force, c’est que nous sommes en immersion, sur un site qui héberge trois entreprises. On doit tout le temps faire attention à la sécurité car nous ne sommes pas dans un bâtiment aseptisé », défend Virginie pour qui la petite taille de Forma est aussi un atout : « Il n’y a pas 36 000 interlocuteurs, on est plus réactifs. Nous prenons le temps de faire l’analyse des besoins de nos clients », recrutés dans l’agroalimentaire, parmi les équipementiers auto...

Résultat : en seulement trois mois de fonctionnement, Forma s’est déjà forgé une clientèle. Et si Virginie Kucharski, prudente, veut avancer « étape par étape », elle évoque déjà la possibilité d’embaucher, d’ici 2020, un autre formateur. L’aventure commence sous les meilleurs auspices.

Consulter l'article sur LaVoixDuNord

actu-forma

 1 2 3 > >>